Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe


Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Son engagement politique

En 2015, les droits des femmes se trouvent encore menacés et l'AFD lutte pour empêcher la montée des extrémismes identitaires de tous bords. Membre la commission des droits de la femme à Strasbourg, Antoinette Fouque (http://www.lemonde.fr) prend la vice-présidence. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie se bat pour la parité.

Cette théoricienne du féminisme fait partie des militantes qui ont lancé le MLF, Mouvement de libération des femmes). Le Mouvement de libération des femmes a été lancé pour parer un détournement par les partis. Avec d’autres activistes, Antoinette Fouque choisit d'enregistrer le MLF comme une association loi 1901, à la fin des années 70. Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque s'éloigne du MLF lorsqu'elle s'envole pour les Etats-Unis. Le MLF, à ce moment en proie à des luttes internes, perd de l’influence.

Antoinette Fouque, sa société d'édition et ses boutique

Toute la littérature féminine du moment est proposée dans sa première librairie dans le sixième arrondissement de Paris. Les boutiques de livres montées par Antoinette Fouque sont ouvertes jusqu'à minuit, il s'agit d'endroits de débats où les journaux et revues sont à la disposition de tous. Par le biais de sa maison d'édition, Antoinette Fouque valorise la force créatrice des femmes.

La jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque fait en premier lieu ses études en région PACA puis gagne Paris. La Marseillaise est encore à l'université lorsqu'elle se marie. En 1964, elle devient maman. Elle est à ce moment confrontée aux complications que connait une femme quand elle doit assumer ses rôles de mère et de femme tout en exerçant une profession en même temps. Antoinette Fouque a de qui tenir puisque son père était un militant syndicaliste.